mardi 27 novembre 2018

The Economist: Le monde de 2019 Analyse de la couverture


The Economist 2019:  les amateurs d'énigmes vont sûrement trouver de multiples codes cachés et autres messages subliminaux à décrypter. 

La couverture est à lire dans un miroir pour décrypter les commentaires.




La Couverture de The Economist est un hommage à Léonard de Vinci
dont on fêtera le 500e anniversaire de la mort le 2 mai 2019.

On peut reconnaitre dans cette page, sa machine volante hélicoïdale, son portrait de grotesque juste en dessous,  Mona Lisa, et la figure centrale est dérivé de son homme de Vitruve. 
Vitruve étant un architecte romain du 1er siècle, dont le traité d’architecture nous a transmis les techniques de construction de l’Antiquité Classique.
Ce célèbre dessin de Léonard de Vinci parle de la quadrature du cercle… du Nombre d'Or  et  de la spirale de Fibonacci, Léonard de Vinci ayant illustré un livre sur ce sujet.



Les Quatre bras de l'Homme de Vitruve peuvent également évoquer les quatre bras majeurs de la spirale de la Voie Lactée, qui devrait faire l'Actualité scientifique en 2019, alors que la Ceinture de photons interfère avec notre galaxie. 

En prenant la première spire de cette spirale, la voiture électrique marque la fin d’un monde centré sur le pétrole et le pétrodollar, la cigogne annonce l’arrivée du phénix, et Grandi, le retour aux productions locales.

Si cette lecture est la bonne, c’est un seul et même message. En effet, le Bancor que Keynes proposé à Bretton Woods, implique des échanges équilibrés pour chaque nation, donc une ré-industrialisation de chaque pays.
Ghandi, qu’on voit ici en train de filer le coton de son dhoti (pagne), considérait que c’était ainsi que l’Inde devait mettre fin au colonialisme britannique, qui imposait aux indiens d’importer des cotonnades filées en Angleterre, alors que le coton brut était produit en Inde. 



Dans la spire supérieure, on trouve Poutine, le panda chinois, l'éléphant de guerre indien et Trump, avec les 4 cavaliers de l'Apocalypse. 
Notez que notez que les Etats Unis représentés par Trump sont totalement excentrés par la force centrifuge.
Dans le magazine, il y a un article sur la fin de l’hégémonie américaine, et de son retrait de la scène du Moyen Orient.

Le personnage portant barbe et chapeau, Walt Whitman né en 1819  pourrait être le menteur désigné par Pinocchio. En effet, il avait écrit: « Personne ne discutera plus de la grandeur de l’Amérique"

En pleine guerre d'Annexion du Texas jusqu’alors province mexicaine, il  écrivit : 
« Oui, le Mexique doit être sévèrement châtié. Que nos armes soient désormais portées de manière à apprendre au monde entier que, bien que nous n'aimions pas les querelles, l'Amérique sait comment frapper et connaît les moyens de s'étendre. »

2019 verra aussi le 500 ième anniversaire de la conquête de Mexico par Herman Cortez.
2019 marquera le centième anniversaire de la mort de Emiliano Zapata, qui mena la révolution mexicaine de 1910 à sa mort. 
Le Mexique pourrait donc revenir au centre de l'actualité, d'autant plus que l'Homme de Vitruve tient un plant de marijuana. Sa légalisation mettrait à mal les finances et le pouvoir d'une partie des cartels de la drogue, sans même parler des filières de blanchiment de cet argent sale.



Le premier cavalier porte t'il un burnous?  Le deuxième a les yeux bridés.
Le troisième a la couronne de la Statue de la liberté et porte un masque.
Le quatrième est barbu. Son sabre est courbe comme un cimeterre et il porte l'arc, qui à l'origine est l'arme des scythes et des parthes. Il pourrait donc être persan ou turco-mongol. 

Dans l' article de The Economist, comme sur la carte, les 4 cavaliers de l'Apocalypse sont sur l'Angleterre, qui pourrait souffrir beaucoup du Brexit. Est-ce pour cela, que le Bull-Dog anglais est posé au Canada ? La City va t'elle devoir s'expatrier sur le continent américain ?  


Guerre des étoiles


Si officiellement l'engin dessiné à droite fait référence au module spatial New Horizons qui doit survoler "Ultima Thulé" aux confins de la ceinture de Kuipper,  et la machine volante hélicoïdale se dirigeant vers la Lune parle des 3 missions spatiales (chinoise, indienne et israélienne) qui doivent explorer la Lune en 2019,  on peut se demander si associés à la Guerre qui menace entre les Grands, ils n'évoquent pas aussi des armes scalaires de dernière technologie, qui devraient être utilisées dans le conflit, qui menace (DEW, bouclier ELM, IEM, NEMP, ...).

Artemis


Ce portrait de femme, présent sur la couverture, représente l’artiste peintre de la Renaissance, Artemisia Gentileschi. Pourquoi soudain parler de cette quasi inconnue ? 
Le sujet est l’Artemisia.  Un médecin africain fait un buzz sur le Net en Afrique au sujet de cette plante, qui est aussi commune là-bas que les orties chez nous.  Or il affirme que transformé en tisane, c’est un remède naturel et gratuit contre le paludisme. Evidemment, Big Pharma et l’Organisation Mondiale de la Santé  essayent de le faire taire.
Souvenez vous que les moustiques étaient associés au premier cavalier de l’Apocalypse dans les cartes du tarot que The Economist présentait pour le Monde de 2017.



Artemis est aussi la Déesse de la Lune, au même titre qu'Apollon est le Dieu du Soleil.
Elle est souvent représentée avec un croissant de lune dans les cheveux et les poètes antiques chantent sa traversée du Ciel sur son char argenté. 
D'aucuns pourraient y voir un message sur les "larmes de la Lune" montant au firmament en 2019.

Apocalypse de Jean



Mona Angelina joue du rôle d’Angelina Jolie, Ambassadrice de bonne volonté, elle a défendu diverses causes humanitaires à travers le monde et est réputée pour son travail en faveur des réfugiés avec le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés. Un sujet d’actualité brulant, que ce soit aux Etats Unis ou en Europe. 
Elle joue également un rôle pour la protection des espèces en disparition, ce qui pourrait expliquer la présence du Pangolin.

Une deuxième lecture permet d'y voir la Vierge dans les douleurs de l'enfantement, alors que le grand Dragon Rouge attend pour enlever l'enfant. Référence à l'Apocalypse de Jean 12 (1-2), qui annonçait la configuration stellaire du 23 septembre 2017.
 Le cas échéant, la balle de Base-Ball serait la Planète-comète,  représentée pour 2017 sur l'une des cartes du tarot de The Economist. Planète-Comète, qui est présente également dans le cryptogramme de The Economist pour 2018.
Vous noterez que la Vierge et le Dragon sont sous le bras spiral d'Orion, cf la Voie Lactée évoquée ci-dessus.

La balance


L'homme de Vitruve tient une balance dont les plateaux sont chargés d'hommes. 
Ce n'est pas l'heure du Jugement Dernier. Cela pourrait faire référence à ces mandats d'amenés délivrés par milliers par le FBI aux Etats Unis, autant d'hommes attendant leur jugement. Cela avait été annoncé dés la couverture de The Economist: The World in 2017. Trump qui portait les attributs de l'Empereur avait une carte marquée "Jugement". 
L'accession de Kavanaugh à la Cour Suprême pourrait permettre de dévoiler enfin ce mystère en 2019. 


Mais peut être, n'y avait il aucun message subliminal à décrypter. Qui sait ? 
Ou au contraire,  peut être un Da Vinci Code, plus subtil encore ...

;-)

Un rien m'épate.
En voulant prendre une photo du coda barre sur l'iphone, que j'avais agrandi sur mon écran, mon téléphone m'a suggéré d'aller sur le site The Economist. J'ai suivi le lien et je suis arrivé sur l'article où Leonard de Vinci voyage dans le futur et découvre le Monde en 2019.
A vrai dire, je ne sais pas si l'image sur mon écran était inversée ou non... je n'arrive pas à refaire l'expérience.
Mais j'ai été épaté !










25 commentaires:

  1. il est de retour !!!!!!!!!!!!!!!!

    RépondreSupprimer
  2. Très bon travail d'analyse. J'ai particulièrement été étonné de la recherche sur Whittman.

    RépondreSupprimer
  3. Une excellente vidéo expliquant ce que sont les 4 cavaliers de l'apocalypse, en détails
    https://www.youtube.com/watch?v=z4db6ff3oaY

    RépondreSupprimer
  4. très bonne analyse a chaque couverture je suis toujours stupéfait des signes

    RépondreSupprimer
  5. A mon avis d'autres lectures sont possibles. Celle-ci tient la route

    RépondreSupprimer
  6. J'ai eu le même lien avec le QR code, mais impossible de lire l'article en intégralité sans payer, par contre est ce une mise en scène ou un journal de de Vinci a bien été retrouvé dernièrement ?

    RépondreSupprimer
  7. Je viens de réussir, je vous mets larticle complet.


    The World in 2019
    Leonardo da Vinci visits 2019
    The coming year sees the 500th anniversary of the death of Leonardo da Vinci. To mark the occasion, “The World in 2019”, our annual edition that looks at the year ahead, publishes a page from a newly discovered volume of Leonardo’s journal, written a few months before his death on May 2nd 1519, that records his visit to the year 2019, as the guest of a mysterious time-traveller


    The World in

    Nov 22nd 2018 | by Leonardo da Vinci
    IN RIVERS the water you touch is the last of what has passed, and the first of that which comes: so with time present. But today a strange visitor appeared suddenly in my studio, as from a large bubble in the air. Inhabiting another time, he finds amusement in conveying people to eras distant from their own, but in secret because this is forbidden by his own people. He offered to transport me 500 years into the future, provided I preserve his secret. The natural desire of good men being knowledge, I agreed to his proposal.

    At my host’s suggestion I must wear simple clothing. He will give out that I am a philosopher who, living in seclusion for many years, prefers not to speak. He has given me a rectangle of black glass, and a kind of brooch worn on the ear that will render the speech of those around me into my own tongue. If I clutch this glass rectangle closely at all times, I am told, my appearance will not seem unusual.


    By strange means that carry men instantaneously to various parts of the world, without motion, my host has taken me to Shanghai, a city far to the east, in Cathay, and to New York, a city far to the west, in the lands named after Amerigo Vespucci. There are buildings of enormous height, made of glass seemingly unsupported by stone or brick. Some are adorned with moving coloured lights that create the illusion of a window to another place.

    Far above these buildings soar many flying machines, conveying people and goods. Unlike the ones I have seen in my dreams, their wings do not move like those of a bird or a butterfly, but are fixed. The motive power is derived from a kind of fluid, similar to naphtha. The machines must be fed with this fluid, as a lamp is fed with oil, when they return to the ground.

    In the roads between the buildings of these great cities are armoured carriages in countless numbers that propel themselves without the use of horses. These carriages too must be fed with the naphtha fluid. The parts that are not armoured in metal plate are made of a strange material that is light and flexible, yet strong, and may be formed in any desired shape or colour, and is also used to make many other objects.

    RépondreSupprimer
  8. The lights adorning the buildings, and many other things besides, are fed not by the naphtha fluid, but by a second fluid, invisible to the eye, that can be conducted along metal wires, coated in the strange material. By means of this fluid ovens can be heated without the need for wood or other fuel, and stairways and metal boxes can be made to move, to convey people within buildings. This fluid can also cause the sound of a lute, or another instrument, to be greatly increased, so that its music can be heard even by a great multitude gathered together.

    But most mysterious to me is a third fluid that flows invisibly through the air and conveys writing and sounds and pictures between the glass rectangles, allowing them to act as windows to other places, and to capture the sight of things more faithfully than any painting. So wondrous is this power that people gaze constantly at their glass rectangles, and at the images therein. Painting is no longer the sole imitator of all the visible works of nature, and just as the mirror is the master of painting, so too is this kind of mirror, which fixes images in place.

    We visit the land of California, to observe the flight of a machine that lifts objects into the sky on a pillar of fire, and then returns to the ground; and those objects it carries are thrown around the Earth so that they stay aloft and circle its globe, as the Moon does. The inventor of these machines has also created self-propelling carriages capable of moving without human supervision. I wish to meet this man but my host fears he would recognise me. For it seems my name and appearance are known, even in this time, and my works are preserved.

    It pleases me that many of my ideas have been brought to completion using materials and methods unknown in my time, including a flying machine held aloft by rotating wings, and an apparatus by which a man can breathe underwater. It pleases me also that my paintings afford much satisfaction to mankind. Before returning me to my own time, my host takes me to Paris, to see my portrait of La Gioconda hanging in a place of honour. That reminds me: I really must finish it.

    As transcribed and translated by The Economist

    RépondreSupprimer
  9. The economist peut-il se planter ?

    RépondreSupprimer
  10. merci pour l'analyse !!! trés proche du coronavirus !!!! merci

    RépondreSupprimer
  11. Le panda qui vient de chine le signe de l ADN sur le bras le pangolin qui ramene le virus et le balance avec les homme pour monter une diminution de la population

    RépondreSupprimer
  12. Si on inverse la spirale du nombre d'or (taux négatifs ?) On passe par gandhi qui tisse ses propres masque, créer son propre gel hydroalcholique et ses propres remèdes à base de plantes médicinales tel que artémisia, efficace contre le corona virus du pangolin ....
    Gandhi c'est contre la couronne d'Angleterre.

    RépondreSupprimer
  13. Merci pour toutes ces explications.
    Je trouve votre approche parfaitement adapté à ce que nous voyons sur cette couverture.
    Moi je n'y comprends pas grand chose et j'ai besoin que d'autres m'explique.
    Beaucoup ont interprété cette couverture mais bous semblez être le plus proche de la réalité.
    Nous dormons tous. C'est bien dommage
    Tous ce passe sous nos yeux.

    RépondreSupprimer
  14. Du coup avec un an de recul on peut avoir d'autres conclusions sur certains points...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui le pangolin pour le Covid ainsi que le signe de l’adn sur le bras pour le vaccin ainsi que le Qr code 😉

      Supprimer
    2. oui le pangolin pour le Covid ainsi que le signe de l’adn sur le bras pour le vaccin ainsi que le Qr code 😉

      Supprimer
  15. Sur cette couverture sont présents le pangolin et le panda qui annoncent le coronavirus démarré en novembre 2019... De là à penser qu'ils ont organiser cette pandémie il n'y a qu'un pas que l'on peut franchir allègrement

    RépondreSupprimer
  16. Bonjour,
    Couverture et analyses pleines de sens, merci ! Il n'y a eu aucun commentaire en 2019, l'année dont il est question, puis ça repart en 2020 à la "faveur" de la situation sanitaire nouvelle : car en effet, que vient faire ce pangolin sur cette couverture ?...

    RépondreSupprimer
  17. Pour aider vos proches et vous-même à y voir plus clair, à vous dresser contre ces planificateurs, vous devez impérativement réactiver une partie de votre corps que l'état profond vous a cachée et a endormie avec du fluor et d'autres produits cachés dans la malbouffe. Nettoyez puis activez votre glande pinéale!!!

    RépondreSupprimer
  18. Nostradamus n'aurait pas fait mieux 😆

    RépondreSupprimer
  19. Quid des deux urnes, une Afrique du Sud ud, l'autre ?

    RépondreSupprimer
  20. Où peux-t'on trouver une copie de cette image originale?
    Et le récit de Da Vinci?

    RépondreSupprimer